睦勝 Geek
Qui sait quand il faut combattre et quand il faut s'en abstenir sera victorieux.

Muse&Geek accueille sa marraine @Cliophile aka Hélène Herniou !


14/10/2012

Quand Sophie et Young Sun m’ont contacté pour me demander d’être la marraine de leur nouveau blog Muse&Geek, je me suis d’abord demandée comment accompagner la mise en ligne– et, espérons, la lecture par un grand nombre d’internautes– de ce blog consacré à la curiosité. Évidemment, deux rubriques principales accompagneront votre navigation ici : les sujets culturels –et plus particulièrement les questions relatives à la médiation et l’utilisation des outils numériques dans le secteur– ainsi que la « chose numérique ». Néanmoins, vous trouverez également de quoi assouvir votre curiosité avec « rue bric@brac ».

Vous trouverez ici articles et veille de la part de deux auteurs, mettant leur curiosité et leur savoir-faire à votre service. Ce dernier point est très important car il ne s’agit pas que d’informer mais aussi de pédagogie. En effet, certains articles mettront en exergue de bonnes pratiques ou justement des exemples à ne (surtout) pas suivre. Cet effort de pédagogie est d’autant plus important et précieux à présent où certaines pratiques s’institutionnalisent et d’autres connaissent de profonds bouleversements.

PEDAGOGIE. Mot-clé sur lequel j’insiste beaucoup mais il me semble que nombre de communautés et d’écrivains (notamment de blogs) s’essaient quotidiennement à cet exercice de manière à faire comprendre l’intérêt de bonnes pratiques pour leurs secteurs. Par exemple, au lieu de prendre la « chose numérique » comme un outil magique réalisé par des gens à lunettes, T-shirts, enfermés dans le noir et qui n’en sortent jamais sauf pour se retrouver à des colloques internationaux avec leurs congénères, au lieu d’imaginer « l’Internet » comme un objet uniquement marketing qui n’a pas besoin de contenus ou encore comme quelque chose de virtuel que l’on peut remodeler du tout au tout en permanence, au lieu de ces stéréotypes donc il est nécessaire de faire comprendre ce qu’est vraiment cette res numerica qui doit appartenir à la res publica mais surtout ne plus être fantasmée pour être bien comprise.

Il en est de même pour les questions de médiation, de la culture en générale et son intégration des outils et mondes numériques. Cela est d’autant plus important que cet écosystème effectue une mutation –depuis près de 20 ans tout de même !– mais mal négociée en France et parfois même gâchée. Je ne reviendrai pas sur l’exemple du Centre Pompidou Virtuel qui entre ses différentes campagnes et ses réels objectifs plutôt obscures semblent s’imposer là comme une menace. Une menace parce que de plus en plus de personnes travaillant « dans la Culture » ou orbitant autour s’occupent de « numérique » (ou plutôt de « digital » comme disent les gens qui confondent la technologie avec leurs doigts) mais peu d’entre elles savent vraiment de quoi elles parlent ou traitent. Oui, cela peut paraitre un peu raide comme affirmation mais franchement, entre les commerciaux réussissant à vendre leurs kits numériques ressemblant plus au gadget qu’à l’outil pertinent à la médiation de l’institution et les professionnels de la Culture qui ne comprennent pas les mondes numériques, il y reste peu de place pour ces professionnels qui allient ces deux spécialités. Car, oui, il s’agit bien d’un domaine de compétence spécifique comme la plomberie. Tout ingénieur qu’il est, un pilote de ligne fera moins bien les raccordements tuyaux qu’un plombier. Eh bien il en est de même pour la médiation numérique et de manière générale, l’intégration des outils numériques dans les champs culturels.

En France –comme dans de nombreux autres pays– professionnels et pro-am’ des sujets liant culture et numérique écrivent beaucoup sur les réseaux et sur leurs blogs pour rendre compte de leurs connaissances, de leurs analyses et promouvoir les bonnes pratiques. Nous avons même en France une communauté de professionnels et pro-am’ des musées et des mondes numériques plutôt bien structurée. Ses membres, surnommés « muséogeeks », se rencontrent régulièrement autour de différents événements et discutent, partagent et débattent des sujets qui irriguent le monde de la culture, en France mais pas que !

Vous êtes ici sur le blog de deux de ses membres et si la lecture de ces articles peut vous apporter un certain nombre de clés et attirer votre attention sur de bonnes pratiques alors cet espace aura rempli son rôle.

Excellente lecture et longue vie à Muse&Geek !

Hélène HERNIOU

A propos de Hélène Herniou :

Médiatrice culturelle, spécialisée dans la communication numérique. Ses projets sont ses propositions de réponses aux différentes problématiques que l’on retrouve dans les secteurs culturels. Ainsi, cliophile est né de son envie de témoigner de ce qu'elle découvrait en même temps qu'elle faisait ses études. Après celles-ci, elle a continué à relayer les informations qu'elle trouve pertinentes et à partager ses idées, propositions et réflexions. Mais elle ne voulait pas qu'écrire, elle voulait aussi réaliser ses propres projets, proposer ses solutions de médiation sur les sujets qui la passionnent comme la (re)découverte de la ville, la valorisation des forces vives de la création artistique, les petites histoires qui font l’Histoire et comment les outils numériques servent la découverte et la compréhension.

Retrouvez Hélène Herniou sur :