睦勝 Geek
Qui sait quand il faut combattre et quand il faut s'en abstenir sera victorieux.

[Soupir...] Réflexion sur le réseau cellulaire à bord du TGV


06/11/2012

Aujourd'hui, comme tous les mardis matin, je prends le train qui m'amène de Strasbourg à Paris. Cette ligne TGV a maintenant 5 à 6 ans mais de nouvelles rames ont été installées : sur 2 étages, des prises de courant même en 2nde classe (et oh joie ! Elles fonctionnent plutôt bien), des écrans d'information comme dans les avions... Bref, tout ce qu'il faut pour que les pros puissent travailler dans le train...

Tout ? Hélas non !
En professionnel du net, il me faut une connexion internet pour travailler, c'est mon outil principal. Peu importe qu'elle soit à haut ou bas débit, les deux seules "qualités" que je lui demande, c'est d'exister et de fonctionner.

Exister...

Les rames de TGV de la génération précédente disposaient d'un hotspot wifi BoxTGV auquel on pouvait se connecter (moyennant, certes, un radius et un cubitus par heure d'accès). Pour des raisons évidentes de non rentabilité (essayez donc de vendre une heure d'internet pour 5 euros), le service a disparu.

Qu'à cela ne tienne, il me reste ma connexion 3G ! Depuis que tous les opérateurs, ou presque, autorisent l'utilisation de son mobile en mode modem, on a toujours la possibilité de se connecter au net par ce biais... Sauf quand il n'y a pas de réseau. Le train file à 300km/h, ce n'est déjà pas évident pour le mobile de transiter d'une cellule à l'autre (une antenne couvre environ 10km mais à 300km/h on les traverse en 2 minutes) mais c'est encore moins évident quand on traverse la fameuse "diagonale du vide", un désert cellulaire parsemé de quelques rares oasis où l'abondance du réseau est à prononcer très vite et à voix basse.

Fonctionner...

Quand on a du réseau, ce n'est souvent que du edge et non pas de la 3G. Comme dit plus haut, ça ne me pose pas de problème particulier de ne pas avoir une ligne ultra rapide. Mais le problème quand on passe d'une antenne à l'autre (et le constat est encore plus flagrant quand on a un opérateur qui est partiellement MNVO), le terminal doit de nouveau renégocier une place dans le pipe et cela impacte sur la qualité de la connexion. Si bien qu'on se retrouve parfois à attendre 20 minutes un malheureux mail contenant juste une photo. Et c'est d'autant plus frustrant que souvent, la connexion ne tient que le temps de rapatrier les entêtes des mails mais pas leurs contenus, ce qui, au final, ne sert strictement à rien !

Il me vient alors une réflexion. Utopique mais peut-être qu'un jour... Après tout les rêves peuvent se réaliser. Ne serait-il pas possible d'exploiter les lignes de communication des trains à l'aide de femtocells, ces petits relais cellulaires de faible puissance qui font transiter les données mobiles (data et voix) par les lignes ADSL, et d'offrir du réseau à tous les passagers ?

A propos de Young Sun TAN :

Young Sun TAN est un geek webophile, technophile, bidouilleur et gourmet.

Sur la toile depuis 1995 avec sa première page web (une biographie de Beaumarchais pour le compte du collège Beaumarchais de Paris), il revendique une identité de "digital native". Après une Terminale S au Lycée Louis-le-Grand à Paris et un Master en Informatique option Ingénierie Informatique - Systèmes d'Information, il a entamé une carrière d'analyste web et est désormais Project Leader pour le Groupe Lagardère. Il compte parmi ses réalisations les sites de Celebrity Cruises, Royal Caribbean ainsi que Gulli, Canal J, Tiji et Europe 1.

Menant un veille constante sur les évolutions du web et du développement, son expertise couvre le PHP-MySQL, le framework jQuery ainsi que le CMS eZPublish et Symfony pour lequel il a une affection toute particulière.

Côté détente, il affectionne tout particulièrement les bonnes tables et les bons plans foodista. Bien que la street food occupe une place de premier choix dans son cœur ventre, il n'est pas allergique à une excursion gastronomique ou bistronomique.

Retrouvez Young Sun TAN sur :