睦勝 Geek
Qui sait quand il faut combattre et quand il faut s'en abstenir sera victorieux.

Participer à distance, c'est possible... ou pas !


14/05/2013

Le 13 et le 14 mai a eu lieu la conférence MuseumNext 2013 au Beurs van Berlage à Amsterdam.

MuseumNext est la plus importance conférence européenne sur l'innovation et les technologies dans les musées. Le projet eCultValue, pour lequel je travaille, était évidemment très intéressé par ces 2 jours d'échanges mais faute de temps disponible personne n'a pu y assister. Pour dire la vérité le coût du déplacement était un frein également…

Mais à l'heure des nouvelles technologies, quelle importance ! Nous pouvions tout aussi bien suivre cette conférence à distance ! J'étais d'autant plus ravie que Nicolas Loubet m'a proposé de suivre cette conférence en collaboration avec l'équipe de Knowtex et quelque autres Museogeeks.

Et c'est là que les choses se corsent…

Je reprends ci-dessous un feedback émis par Nicolas Loubet sur Facebook à mi-parcours du premier jour de l'événement :

A mon sens, plusieurs - GROS - manques sur cette conf. : 
#1 Pas d'interface live qui centralise les tweets / photos / ressources 
#2 Pas d'éditorialisation des hashtags. Dès qu'il y a des sessions en parallèle, c'est méga galère de suivre (j'en fait l'expérience avec la masterclass).
#3 Aucun session Hangout n'est prévue pour les gens à l'extérieur (une pratique qui se développe de +/+ sur les conférences numériques).

Effectivement ces 3 points négatifs sont soulevés à juste titre, mais l'intérêt ici n'est pas de critiquer. Beaucoup de raisons peuvent expliquer ces manques. Claire Séguret en donne d'ailleurs quelques unes en réponse.

"Assez d'accord. Pour avoir le contexte, Jim Richardson a eu quelques difficultés pour boucler le budget cette année. Notamment "à cause" de la conference soeur "Museum Geek" à Londres. Et sans doute aussi des restrictions côté participants et/ou lassitude. + proximité avec Museum and the web."Donc plutôt que de vous faire un résumé ou une sélection de tweets (que vous trouverez en abondance, cf à la fin de cet article); l'idée de mon article est de vous proposer une réflexion sur la participation à distance à un événement.

En effet, aujourd'hui les outils existent pour mettre en place un streaming vidéo, même à peu de frais. (Cf l'expérience menée lors de l'IRL 5 de Muzeonum). Il suffit d'une connexion à Internet (stable et fiable de préférence). Mais sans aller forcément jusque-là, une réflexion en amont et la prise en compte des personnes extérieures peuvent suffire à mettre en place des conditions de suivi optimales pour les absents.

C'est d'ailleurs l'expérience qui a été menée au Théâtre du Rond Point à Paris. Par hasard, il s'avère que le 13 mai au soir ce Théâtre et sa responsable de la communication Anne Le Gall m'ont invité à la présentation de la Saison Théâtrale 2013-2014. Une fois encore, je n'ai pas pu être sur place. Pourtant le suivi de cet événement a été absolument passionnant et très intéressant d'un point de vu technique et méthodologique.

Le dispositif mis en place comportait notamment une retransmission en live sur Dailymotion. Et je dois dire que j'ai été particulièrement impressionnée par la qualité du son et de l'image. C'était un vrai plaisir de suivre le show (car s'en était un) en direct depuis mon ordinateur. Un live-tweet a été mis en place en parallèle, supporté par le compte du Théâtre et quelques twittos invités spécialement, ainsi qu'un blog Tumblr sur lequel divers bonus ont été publiés pendant toute la soirée.

Cette expérience est selon moi la première du genre à atteindre ce niveau-là de qualité et mérite d'être étudiée plus en profondeur afin de servir d'exemple aux autres événements.

 

Aujourd'hui j'ai l'impression (peut-être à tort) que les organisateurs d'événements ne comptent que sur Twitter pour exporter l'événement hors de la salle de conférence… Que l'on s'entende, Twitter est un outil formidable pour ça. Mais sérieusement, comment suivre un événement de l'ampleur de MuseumNext où plus de 1237 contributeurs twittent avec le hashtag officiel depuis le 6 mai 2013, soit plus de 6000 tweets ? (Source Eventifier, cf. plus bas)

Un événement d'une telle ampleur ne peut pas être suivi de façon ponctuelle sur Twitter. On ne peut pas juste cliquer sur le hashtag, lire quelques tweets et en ressortir avec une meilleure connaissance/compréhension d'un sujet. Tout au plus peut-on saisir une ambiance, quelques propos intéressants ou une référence (si on a de la chance!). Il faut y passer un certain temps si l'on veut en ressortir quelque chose de concret.

 

Pour MuseumNext il aurait par exemple été intéressant d'avoir quelques twittos officiels à suivre, ou bien un tweet wall avec une sélection faite en direct des tweets les plus intéressants.

Un outil sort un peu du lot et donne une piste intéressante pour le suivi d'un événement sur Twitter. Il s'agit de Bluenod, un outil qui permet notamment d'afficher une carte des interactions entre les twittos sur un même hashtag. Les points qui représentent les twittos sont plus ou moins gros en fonction du poids de leur influence. On peut donc assez facilement dégager les twittos les plus actifs et les plus importants (car les plus mentionnés et/ou retweetés) sur un hashtag précis. Une barre de navigation en haut permet de visualiser la courbe d'activité avec ses pics et ses creux. Un moteur de recherche permet de trouver un twittos en particulier. (Ici la carte Bluenod pour MuseumNext)

C'est donc effectivement une piste intéressante pour l'aide au suivi des événements à distance.

Evidemment la plupart de ces événements propose quelques jours, semaines (voir mois!) après un compte-rendu plus ou moins détaillé de ce qui s'est passé… Mais ces retours sont souvent trop denses et ne tiennent pas comptes des discussions ou des débats qui ont pu avoir lieu en marge de l'événement. Un tweet qui aura fait particulièrement réagir sera donc bien souvent absent du compte-rendu…

 

Pour conclure je dirais que, du point de vue organisationnel, les clés pour permettre un bon suivi de l'événement à distance sont l'anticipation et la réflexion. Comme pour la présentation de la Saison du Théâtre du Rond Point. Là les choses ont été planifiées longtemps à l'avance ce qui a permis la mise en place d'un dispositif adapté pour véritablement prendre en compte le public distant.

Du côté du public la clé serait le temps. Car pour bien suivre un événement à distance, même en live et dans les meilleurs conditions, il faut avoir le temps ! ;)

 

Les références qui m'ont (vraiment) permis de suivre l'événement #MuseumNext (ou de rattraper ce que j'avais laissé passer):

http://bluenod.com/map/museumnext2013

http://eventifier.co/event/museumnext/

http://twitter.com/MuseumNext/museumnext-amsterdam/members

http://storify.com/nicolasloubet/museumnext-keynote-de-seb-chan

et bien sûr l'incroyable document Google drive fait en live par un certain nombres de participants sur place (et rapidement inaccessible car trop fréquenté au même instant!)

http://docs.google.com/document/d/12Pqqfl8lGhmers1NkL-yeNHRWG9sCyC4Lb2U3IdKa_A/

Et vous ? Vous avez des idées pour mieux suivre un événement à distance ? Un outil ou une bonne pratique tant organisationnelle que pour le public ? N'hésitez pas à contribuer par vos commentaires !

A propos de Sophie TAN-EHRHARDT :

Passionnée depuis toujours par l'histoire et l'archéologie, je suis tombée dans la marmite du web en 1998 (j'avais 11 ans) grâce à mes parents graphiste et informaticien. Depuis, mes études à l'Ecole du Louvre puis à l'ISCOM n'ont fait que confirmer et encourager ces centres d'intérêts. Au cours de mes études, j'ai notamment réalisé deux mémoires sur les questions du web et des réseaux sociaux dans le monde culturel. Ces recherches m'ont permis de rencontrer et de m'intégrer à la communauté des Museogeeks dont je suis un membre actif.

Depuis 3 ans, j'exerce le métier de Community Manager, Chargée de la Communication et des Relations Publiques, spécialisée dans le domaine culturel. J'ai notamment été amenée à coordonner la communication digitale de plusieurs projets européens, dont eCultValue, qui encourage l’usage des nouvelles technologies dans les musées et institutions culturelles européennes. Ces projets m’ont permis de développer une solide expérience en communication, notamment internationale, et en gestion des outils numériques.

Retrouvez Sophie TAN-EHRHARDT sur :